Ma plume 3

au hasard des moments .............

attendre n'est rien

 

J´attends à la rivière. Je surveille le chemin
Je n´ai rien d´autre à faire. Mais rien ne vient
J´attends le nez en l´air. Je ne me tords pas les mains
On gagne ou bien on perd. Mais c´est plutôt bien
Je m´en irai tout à l´heure. Je reviendrai demain
On ne sort pas du désert. On tourne sans fin
Le jour tombe et l´enfer. N´est pas aussi lointain
Mais je ne suis pas amer. Toujours on en revient
Je garde les bras ouverts. Le vent passe entre mes mains
C´est l´heure de la prière. Mais rien ne vient
On finit par s´y faire. Avec un peu d´entrain
On sait bien que nos misères. Ne prennent jamais fin
Et les blessures se ferment. Et attendre n´est rien
Et c´est le même refrain. J´attends à la rivière
Je n´ai rien d´autre à faire. Mais rien ne vient................

Salomé

Quand je l´ai vue traîner le long de mon avenue
Malgré ma canne blanche, je l´ai vite reconnue
Avec ses yeux peints couleur mélodrame
On fait tout ce qu´on peut du temps et de son âme
J´attendais la nuit à l´ombre de l´usine
Je regardais ma vie comme un vieux magazine
Le vent était chaud, le ciel plein de rouge
Elle marchait sur un bateau qui bouge
Elle est venue vers moi pour m´apprendre mon rôle
Quand ma solitude n´était vraiment pas drôle
J´ai senti l´orage quand ma voix s´est cassée
Mais déjà je dansais comme un clown sur la trace de Salomé
Y avait dans son lit quelques cartes égyptiennes
Elle m´a demandé de deviner la mienne
Plongeant dans mes yeux, elle jouait les sirènes
Moi j´étais son fou, elle était ma reine
Avant de sortir, j´ai volé toutes ses cartes
J´en ferai des souvenirs pour ses amants qui partent
Elle semblait dormir, j´ai cru qu´elle rêvait
Ma chance est fragile, fallait pas l´user
En sortant, c´est marrant, j´ai pas fait de vacarme
Mais j´ai vu ce fou se pendre au signal d´alarme
Une fois dans la rue, j´ai enfin respiré
Il pleuvait mais le vent de minuit a chanté pour Salomé
J´entends le pauvre Oscar appeler saint Jean-Baptiste
Pour lui demander si le temps qui passe existe
Sur le bord du puits, quand l´autre a maudit
L´ombre en plein midi, personne n´a compris
Oscar est parti sous la nuit d´équinoxe
Il a juste laissé sa paire de gants de boxe
Tout était en place, le rideau s´est levé
Les juges ont crié : Place aux condamnés
Tout ça peut paraître une bien étrange histoire
La morale est loin dans le fond de ma mémoire
Une bille a sonné comme un vieux bouclier
Et le vent a tourner pour venir me parler de Salomé.

Pensées nocturnes........

Peut-être qu'un matin
Sortant de mon sommeil
Je suivrai un chemin
A nul autre pareil
Peut-être qu'un midi
Je t'entendrai crier
Je suivrai jusqu'à l'infini
Ton cri désespéré
Peut-être qu'un soir
Te voyant devant moi
J'irai plein d'espoir
Pour tomber dans tes bras
Peut-être qu'une nuit
Ce rêve reviendra
Surgissant de mon ennui
Tu seras là............

...............---..............

J'ai pris, dans les yeux d'une amie,
ce qu'il a de plus chaud, de plus beau
et de plus tendre aussi.
Qu'on ne voit que deux ou trois fois durant toute une vie
et qui fait que cette amie, est mon amie..

..............---....................

Ce qui rend les amitiés indissolubles et double leur charme, est un sentiment qui manque à l'amour..... la certitude.

Muse a dit

Ma Muse a conseillé
De changer l’encrier,
Modifier son écrin
En lit plus serein.
Ma Muse a fait souhait
Alors, moi, je le fais.
Ce que ma Muse veut
Alors, moi, je le peux.
Ce matin, au réveil,
Ma plume est un soleil.
Elle glisse avec aisance
Et toute en élégance.
Elle est toute en finesse,
Le papier, elle caresse.
Elle est comme l’hirondelle
Toute fragile et frêle.
Elle est comme la fauvette,
Elle chante à tue-tête.
Il fallait peu de chose
Que, bien, elle se repose.
Dans un nouvel écrin,
À l’odeur du jasmin,
Elle est, je le devine,
Devenue féminine
Avec de l’encre rose;
Ne sera plus morose,
Deviendra virtuose.

Petite fleur

Une petite lueur, à la douce rosée du matin
Ca y est elle arrive, 
elle cherche un endroit pour se sentir bien, se sentir elle
Quelques obstacles l'empêchent de grandir de s'élever 
Mais elle rêve de pointer le bout de son nez
juste pour admirer le paysage qui l'entoure
elle a juste envie d'exister.
Elle voit la nuit, elle voit le jour
alors que tout le monde s'endort 
elle ne fait que regarder ce ciel étoilé
elle se demande pourquoi toutes ces étoiles sont la autour d'elle
mais c'est parce qu'elles t'admirent petite fleur !!
toi qui es dotée d'une rare gentillesse
tu te démarques des autres non pas par la beauté 
mais par l'originalité, quand on te regarde on sait qu'on existe
on peut apercevoir chez toi un soupçon de nostalgie 
on peut lire dans tes yeux sans que tu nous parles 
Pourquoi toutes ces étoiles t'admirent ?
Parce qu'elle voient en toi leur reflet sur ton doux visage d'ange.
Chacune essaie désespérément de t'apporter lumière et chaleur
toutes conquirent ton cœur
mais pourquoi les rejettes-tu l'une après l'autre ?
Parce que toi, petite fleur, tu préfères le jour à la nuit
tu l'attends encore, encore, et encore 
toutes les nuits tu l'attends
ce beau soleil qui veille sur toi
tu l'admires parce qu'il sait te satisfaire
ignorant de son savoir-faire,
il t'apporte chaleur et douceur
il fait battre ton cœur
avec lui tu as grandi avec lui tu finiras ta vie.
Tous les jours il te sourit 
mais incapable de l'approcher 
tu préfères l'admirer autant que la vie t'en permet
triste tu deviens quand il repart
tu le regardes jusqu'à ne plus le voir
pour retrouver cette nuit étoilée pleine d'admirateurs
mais petite fleur où ta vie est-elle vraiment ?
ne rêves-tu pas le jour pour en pleurer la nuit ?
Les étoiles sont des soleils qui, 
un peu plus loin dans le ciel,
ne cherchent qu'a se rapprocher de toi
pour t'offrir amour et bonheur

le choix est peut-être difficile, mais y réfléchir n'est pas inutile…

Help

O tendresse! L'obscurité me comble de désir..
et je meurs d'envie de délivrer ma colère
aux étoiles qui n'éclairent plus l'hiver des ciels noirs..
Entraine ta langue dans mon sang et tes dents dans ma chair !
Dévore le silence de mes yeux
et étouffe mes cries perdus dans les larmes des cieux!
Prend ce don de créer en moi et la mélancolie des dieux..
Laisse moi vivre sans chagrin.. sans réflexions..
Vide mon stylo de son encre et délivre moi de cette malédiction qu'est écrire..
Libère ce don malheureux que je dois nourrir, pour l'éteindre chaque matin..

 

Deux

vole au dessus des nuls
le cœur léger
mais prend garde petite bulle
la moindre aspérité te fera éclater
c'est comme à deux
le vin te rend douce
mais après son fol aveux
cela te rendra telle une folle malheureuse
tu t'emportes, tu le hais
lâchée dans le vide tu es
et pourtant tu le veux
et toi? c'est avec elle que tu veux devenir vieux?
A qui la faute?
insensible à ses maux
la barrière allégrement il saute
pour aller murmurer à une autre ses mots
ces mots seuls dont il a le secret
et toi tu reviens
tu veux partir et il te retient
Et toi? pourquoi ne la laisses tu pas aller?
Alors à qui vraiment la faute?
Car pas folle
en plus de ta présence
se trouve une bouteille d'alcool
Délire éthylique d'un amant esseulé?
Ou un amour qu'on veut à tout prix garder?
peu importe tant que ça dure
mais toi, est tu sur?

Une nuit

Je marche au gré du vent que tu souffles sans cesse
Le long de l’insomnie qui me cloue à l’éveil
Et, sans un bruit, ma peau à ta nuit se confesse
Car la mienne ne sait porter aucun conseil…
Je ne parviens plus guère à écrire les lettres
Pour creuser l’horizon de mes mondes abstraits,
Je m’efface vers toi pour écorcher les êtres
Qui vivent en dehors de nos cœurs en retrait…
Je n’ai que mon automne à offrir à ta vie
Jusqu’à ce que l’hiver brille mieux que soleil
Dans l’étrange aphonie où se terre l’envie
D’arpenter l’inconnu au-delà du sommeil !
Mais la pâle parole où ma voix jette l’ancre
Sur le port enneigé du givre de tes mots
N’a aucune substance… et je dis à mon encre
D’écrire mon amour sous l’empreinte des maux !
Lors, l’ébauche de larme accrochée sur mon âme
Ne se ternit jamais et ne tombe pas plus,
Gelée des infinis qui dévorent la flamme
Brûlant le souvenir des chemins superflus…
Tout en haut du clocher où ma vie s’arraisonne,
Bien au-delà des glas, se trouvent tes hivers
Vêtus d’éternité lorsque l’écho résonne
Dans le fond de mon cœur en notes d’univers…
Il nous suffit parfois, pour briser l’harmonie
D’un mot trop hasardeux, malheureux évadé
De nos lèvres gercées aux saisons infinies,
Mais l’aurore revient sans jamais s’oxyder !
Et je rêve à cette aile aux reflets d’invisible
Qui pend à mon regard des sanglots sans saveur,
J’espère quelquefois, d’un souhait impossible,
Joindre ton horizon où l’éphémère meurt !

Lianne

Ma chère complice, ça y est, c'est l'heure
Et tu m en voudras, peut être
Sache que je ne mérite pas de pleure
Mais il est l'heure pour moi d'Être
Alors je m'en vais, je pars vivre
Et je sais que je ne serai pas pardonné
Mais je veux me sentir enfin libre
Je crois que c'est le bon moment pour m'envoler
Les aiguilles tournent, je n'ai plus le temps
J'ignore ce que je pourrai dire pour te rassurer
Ne sois pas triste, toi que j'aime tant
Il est l'heure pou moi de partir
C'est tellement difficile de franchir le pas
Et qu'est ce que je pourrai bien te dire............
Je t aime...je t aime........non
Adieu ......non.....Peut être nous retrouverons nous dans la vie
Ne changes pas, reste la même 

Instant d'Elle

comme des pétales de douceur
cette forme sensuelle sous les draps
résonne dans mon cœur
et me guide vers toi.
Timide .. ah? Timide?
Perdu? Oh .. c'est vrai?
Vite je soulève cette étoffe et espère humide
ce que ma main dans un élan emporté
rejoint comme un désir torride
celui de te couvrir de baisers
Et pourtant tu dors encore
il est vrai il fait nuit
ce n'est pas l'heure des trésors
trésors? pourtant .. s'abandonner à l'infini
Oui c'est ça s'abandonner!!
partir, voler, brûler, voyager et jouir
jouir dans la nuit sombre et hurler
hurler des je t'aime de plaisir
Pourtant tu dors toujours
tu es si belle, si exquise
que je n'ose mon Amour
te dévorer de caresses promises ..
Ah promettre, c'est ça promettre encore et à jamais
te promettre l'amour, la passion d'être à toi
d'être celui qui pour toujours sera à tes côtés
fidèle, protecteur, homme, amant et ... et moi ..
..moi, oui c'est ça, tout simplement
celui qui tuerait le moindre prédateur
et te protégerait dans une bulle de diamant
pour vivre ensemble ce si grand bonheur ..
Le heures tournent et je te regarde
tu sommeilles, tu dors, tu es belle
pourtant à te caresser je me hasarde
espérant des frissons rebelles
Ma bouche accompagne coquine
cette délicieuse visite de ta peau
et ma langue experte et mesquine
cherche délicatement ton ruisseau ..
Hhuumm et le faire devenir rivière
hhummm et le faire devenir océan

hhummm et le faire devenir prière
oui c'est ça, ton sexe bible de cet instant
Ta peau est un psaume
ma langue un évangile
ma langue, ton arôme
parcourt ton antre fragile
Tu dors et tu jouis
en silence
en silence dans la nuit
sans résistance
Tu es belle et sublime
sous tes draps de satin
quand je recouvre ton abîme
par des gestes si câlin
Dors mon Amour
je veille sur toi
demain au petit jour
je serai toujours là.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site